Mémoire


MEDIEL est membre de la Observatoire européen des souvenirs, un des partenaires du réseau des universités, institutions et associations identifier et analyser les différents processus commémoratifs qui se produisent en Europe et d'autres continents du point de vue des experts, professionnels et de la société civile.

Par des ateliers artistiques, des spectacles audiovisuels et des films télévisés, MEDIEL analyse les processus mémoriels se produisant dans différents pays d'Europe du point de vue des jeunes Européens dans le rôle des citoyens reporters. Ces jeunes reporters confrontent, avec des historiens et avec le public, les découvertes qu'ils font sur le terrain avec des témoins qui ont participé aux événements du passé. Par ces films,, ces expositions et ces ateliers artistiques, ils animent ensuite le débat dans les écoles, dans les universités et dans la société civile.


 

FILM: 30 il y a des années, la chute du mur de Berlin

Après la seconde guerre mondiale, une confrontation politique et idéologique existait entre les deux superpuissances qui étaient les États-Unis, l'Union soviétique et leurs alliés respectifs. Une fausse guerre en Europe sans canons ni fusils…. une guerre froide!
Et pour les jeunes générations, cette histoire de la guerre froide a tendance à disparaître dans un oubli. C'est pour en savoir plus sur cette période que Lucas et Emilien, deux étudiants accompagnés d'Ariane, un violoniste, voyagé à Berlin, une ville qui a vu la concentration des principales tensions de cette guerre en Europe.

Film documentaire

   

   

   

   

Ateliers interdisciplinaires

Atelier commémoratif à Mostar (ByH)

Informations sur le modèle

un événement “Faire le bilan des politiques Mémoire européenne”

Le projet de MEDIEL a été présenté aux représentants des projets commémoratifs sélectionnés dans le cadre du programme Europe pour les citoyens en 2018 et 2019 et leur a donné l'occasion de partager des expériences et d'apprendre les uns des autres.

Il a eu lieu 23-24 octobre 2019 à l'Hôtel Meliã, La Défense in Paris and The Jean Monnet House, Bazoches-sur-Guyonne.

L'événement a été co-organisée par la Maison Jean Monnet (Parlement européen), l'Observatoire européen des mémoires (le ROM) et la Commission européenne en coopération avec l'Education, Agence exécutive audiovisuel et culture.

 


 

FILM: Les remparts de Varsovie 1943-44

1er Août 1944. Près de deux mois après que les Alliés aient débarqué en Normandie, la jeunesse polonaise se soulève à Varsovie pour se libérer du joug nazi. Trahie par Staline qui campe, armes à la main, sur l'autre rive de la Vistule, la Résistance polonaise, une des plus fortes en Europe avec son Armée de l'Intérieur, l'Armia Krajowa, fait face seule à l'armée la plus puissante du monde.

Les défenseurs-Varsovie-1943-1944-MARIE-OLA-ROMAIN

Trois jeunes Européens, Alexandra (France), Maria (Pologne) qui ont été étudiants Erasmus , et Roman (Allemagne), se rendent à Varsovie pour mener l’enquête sur ces événements; ils y rencontrent des témoins qui ont pris part à l’insurrection de Varsovie ou ont vécu au ghetto. Sous leurs chevelures blanches, on peut reconnaître aujourd'hui les hommes et les femmes qui furent les remparts vivants de la liberté face au nazisme. Ils avaient entre 12 et 20 ans à l'époque et ont pour noms Janka, Dora, Bogina, Witold, Krystyna, George ...

L'insurrection de Varsovie est souvent confondue avec la révolte du ghetto de Varsovie qui a eu lieu un an plus tôt, au printemps 1943 et où, pour la première fois, la communauté juive a pris les armes pour se battre contre les nazis.

Cette résistance farouche, tout à la fois armée, civile, intellectuelle et morale laissera des traces dans la conscience collective polonaise et, plus tard, influencera le mode de résistance que les Polonais opposeront au communisme soviétique. "Il faut résister, combattre par tous les moyens, mais par d'autres moyens. Plus jamais de bain de sang!», ont déclaré les leaders de l’insurrection de Varsovie dans leur testament.

 

Découvrez plus sur l'Insurrection de Varsovie: VARSOVIE-HAUSSE

le streaming en ligne 8 langues

   

   

   

   

 


FILM: Je suis

     

“Ich bin” est un film documentaire historique traitant

 de la mémoire des victimes du Nazisme et du Stalinisme

 en France, en Allemagne et en Russie

Trois jeunes étudiants Erasmus rencontrent des historiens et des témoins de notre passé… Ils enquêtent sur les événements de la Seconde Guerre mondiale en Allemagne (le mouvement étudiant de la Rose Blanche, à Munich), en France (la rafle du Vel' d'Hiv', à Paris, la résistance dans le Vercors) et en Russie (le massacre de la forêt de Katyn). Ils examinent l'impact de ces événements; notamment, dans la manière dont les peuples européens perçoivent aujourd'hui leur propre identité.

le streaming en ligne en 7 langues

   

   

   


Je suis (v. RU)


EXPO: Musée de l’Europe

C'est notre histoire

50e anniversaire of du Traité de Rome
Salle audiovisuelle (Réalisateur: Hubert van Ruymbeke)

Un aperçu du patrimoine culturel commun à tous les Européens, de l'An 1000 jusqu’aujourd’hui …

Deux immenses écrans de 12 mètres face à face, une batterie de 4 ordinateurs et 8 projecteurs diffusent en boucle le montage final.


Ateliers: avec l'artiste berlinoisRoman Kroke

Roman Kroke est professeur à l'Université des Arts de Berlin en "Experimental Storytelling".

À travers l'Europe, Roman Kroke dirige des ateliers historiques et artistiques en collaboration avec des écoles, des universités ou d'autres organisations comme des prisons, des musées, des fondations - en particulier dans le cadre de partenariats scolaires, Europe pour les projets citoyens (la mémoire historique), de programmes d'échanges culturels, de voyages scolaires, de voyages d'études ou de semaines de projet.

Régulièrement, il fournit également des formations d'enseignants pour les ministères nationaux de l'éducation en Allemagne, France et en Suisse.

L'œuvre de Kroke est comme « un stylo pour l'Europe’ entre les mains des participants.